Présentation de l’association

Présentation de l’association

Les rendez-vous de la Question Animale est une association loi 1901 basée à Rennes. Elle a été fondée par quatre militant-e-s de la cause antispéciste en septembre 2017. Le but de cette association est de faire avancer les idées antispécistes dans un cadre démocratique mais aussi d’apporter des réponses sur la place à accorder aux animaux dans notre société.

Alors que les sociétés occidentales sortent peu à peu de l’apparente nécessité de tuer des animaux pour se nourrir (entre autres), le mouvement antispéciste prend aujourd’hui de plus en plus d’ampleur, en France notamment. Si le refus de consommer des animaux pour des raisons éthiques, est aussi vieux que l’Histoire, le développement d’un mouvement social d’opposition à l’ordre carniste est très récent. En France, son existence peut être daté à 1989 et à la publication de la brochure « Nous ne mangeons pas de viande pour ne pas tuer d’animaux » par les futurs fondateurs de la Revue les cahiers antispécistes (1991).

Aujourd’hui, il existe plusieurs dizaines d’associations cherchant à sensibiliser les individus sur cette question qui touche de plus en plus la population. Sur Rennes, on peut citer l’antenne locale de l’association L214, l’association étudiante Sentience Rennes ou encore le CRPEA.

Pourquoi alors créer une énième association ? Les actions actuellement entreprises, et surtout les conférences-débats, ont tendance à toucher des profils socio-culturels souvent similaires et déjà engagés vers une évolution de leurs pratiques quant à leurs rapports aux animaux. Notre réflexion se fonde d’abord sur la volonté de toucher des publics plus diversifiés et de décloisonner le débat sur la question animale.

Par ailleurs, nous pensons qu’il ne suffit pas de condamner le spécisme ou la consommation de produits animaux, notamment à une échelle individuelle, pour que la disparition de ces pratiques se généralise avec le temps. Le spécisme et le carnisme – qui émane du premier – constituent évidemment les fondements de l’injustice que vivent les animaux non-humains. Cependant, il ne suffit pas de les critiquer pour que la société adhère à nos idées, comme nous pouvons le constater. La remise en cause de ces notions remet en question des équilibres économiques, culturels, techniques, etc..Il faut donc accompagner nos critiques par des propositions concrètes qui devront être perçues comme suffisamment convaincantes pour qu’une large partie de la population y adhère.

C’est pour tenter d’apporter des réponses à toutes ces problématiques que nous avons souhaité créer les Rendez-vous de la Question Animale. Ainsi, notre association est construite autour de plusieurs axes.

Tout d’abord, afin de toucher une plus large part de la population, nos actions seront principalement tournées vers des quartiers périphériques de Rennes, des villes périphériques à Rennes ainsi qu’aux moyennes et grandes villes des départements bretons ou limitrophes de l’Ille-et-Vilaine. Un cinéma, une médiathèque, une école, une maison de quartier ou encore une association d’habitant-e-s sont autant de portes d’entrées possibles.

Nous souhaitons également diversifier nos formats d’actions afin de les rendre pertinents par rapport au public visé. Afin que nos idées puissent être accessibles au plus grand nombre mais aussi discutées dans un cadre démocratique, nous privilégions le débat-citoyen.

Celui-ci se découpe ainsi en deux parties : La première consiste en une présentation relativement courte des notions de sentience et d’antispécisme et des conséquences que ce changement moral peut avoir dans notre société. Ensuite, un débat ouvert entre le public et les intervenants permet à chacun-e de se forger une opinion avec une meilleure connaissance du sujet. D’autres types d’événements sont bien sûr aussi envisageables comme des projections de film ou des conférences par exemple. Afin de couvrir une large part du territoire, ces événements devront être assez réguliers.

Par ailleurs, des ateliers de réflexion seront régulièrement organisés. Ces ateliers s’adressent à priori aux militant-e-s de la cause animale mais pourront être entrepris avec d’autres catégories de la population si cela paraît pertinent. Ces ateliers ont notamment pour but de nourrir et de faire avancer le débat autour de propositions concrètes aux déséquilibres cités précédemment. Plus vite nous y répondrons et plus vite l’exploitation animale pourra s’arrêter. Le fruit de ces ateliers fera ensuite l’objet d’articles qui seront partagés sur notre site internet. Ces ateliers visent aussi à sortir un peu des réseaux sociaux, qui ont des avantages, mais limitent aussi, selon nous, l’envie d’agir et de construire des projets collectifs.

Malgré l’urgence absolue de la situation et de la nécessité d’agir, nous devons malgré tout prendre le temps de la réflexion et ne pas la réserver à un petit nombre d’intellectuels. Bien que leur travail soit souvent de grande qualité, la diversité des propositions et des idées est notre plus grande alliée, afin qu’une partie de celles-ci soit retenue par la société dans son ensemble. La réflexion ne doit pas non plus s’arrêter là où commence le véganisme. La révolution éthique et culturelle qui s’opère nous concerne tous et ne peut pas se réduire à des choix individuels et consuméristes.

Le choix de l’ouverture plutôt que celui de la confrontation, nous l’assumons. Nous savons que tout mouvement social révolutionnaire implique une part de conflit, qu’elle soit provoquée par les acteurs ou par les résistants au mouvement. La sensibilisation, le dialogue, l’action politique et la confrontation sont des outils complémentaires. Aujourd’hui, les actions de sensibilisation, l’action politique et la confrontation sont de mieux en mieux représentées dans les milieux antispécistes. Le dialogue citoyen reste très peu présent en dehors des centres-villes alors même qu’il est nécessaire pour envisager l’adhésion d’une large partie de la population. C’est pourquoi nous préférons nous orienter vers cette voie, qui pourra évoluer en même temps que le contexte sociétal autour de la prise en compte des intérêts des animaux non-humains.

Si vous souhaitez nous aider à faire avancer la question animale en aidant à organiser des événements ou en écrivant de nouveaux articles, vous pouvez nous faire part de votre volonté depuis la page « Adhérer / Agir ». Pour les autres, nous sommes preneurs de vos remarques éventuelles !

Pour en savoir plus, nous vous invitons à écouter l’interview d’un de nos militants chez C-Lab :

Articles sur le même thème