Compte rendu Atelier végéphobie du 22-02-2018.pdf

Compte rendu Atelier végéphobie du 22-02-2018.pdf

Compte rendu Atelier végéphobie du 22-02-2018.pdf

Nous étions une dizaine de participant-e-s pour ce premier atelier des Rendez-vous de la question animale.

L’objectif de celui-ci était de présenter la végéphobie et d’ouvrir le débat sur la pertinence de cette notion ; Peut-on dire que les végétariens et véganes subissent une discrimination du fait de leur refus de consommer des animaux ? Doit-on le mettre en avant dans nos discours et nos actions ?

Après avoir présentée l’analyse de la végéphobie et de ses manifestations étayées dans le livret « la végéphobie ou le rejet du végétarisme pour les animaux et la discrimination des personnes végétariennes » (Sara Fergé, Yves Bonnardel, 2011), nous sommes revenus sur les principales critiques de la notion de végéphobie. Celles-ci ont été vives lors des dernières éditions de la Veggie Pride (marche annuelle – fondée en 2001 – des végétariens et véganes), notamment sur les réseaux sociaux. Elles ont été également appuyées par la chercheuse en science sociale Ophélie Verron, sur son site, dans un article intitulé « Ceci n’est pas de la Végéphobie » (2017).

Nous avons essayé de montrer pourquoi, selon nous, les principales critiques de la notion de végéphobie ne sont pas fondées, en nous appuyant tout particulièrement sur la brochure « Végéphobie une nouvelle vague » co-écrite par Yves Bonnardel et Matai’ Souchon (2017)

La discussion qui s’en est suivie a notamment portée sur certains aspects de la critique :
N’y a t-il pas un risque d’invisibiliser, une fois de plus, les animaux, en parlant de végéphobie ?
Le mouvement ne risque t-il pas de décribiliser et d’être perçu comme étant dans une posture « victimaire » ?

Les participant-e-s sont arrivé-e-s à un consensus à la fin de l’atelier pour dire que oui, la végéphobie existe (même si ce n’est pas comparable à ce que subissent les LGBT+ en degré), que c’est intéressant pour les végéta*ien-ne-s de savoir l’identifier pour mieux s’en défendre mais qu’il fallait mieux ne pas communiquer dessus pour parler plutôt du sort des animaux

Nous tenons à remercier tous les participant-e-s !

Articles sur le même thème